Créateur de conférences éco-responsables

Interview – Cyrille SROCZYNSKI, SNCF Réseau – Lyon 12 avril

Interview – Cyrille SROCZYNSKI, SNCF Réseau – Lyon 12 avril

Partage


Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter pour suivre nos actualités (conférences, interviews événements…)

Le désamiantage bien engagé sur les Réseaux du Grand Sud-Ouest

Pouvez-vous brièvement nous présenter votre structure ?

Cyrille Sroczynski : « SNCF Réseau est devenu en janvier 2015 le gestionnaire du réseau ferroviaire français. Né de la fusion de Réseau Ferré de France (RFF), de SNCF Infra et de la Direction de la Circulation Ferroviaire (DCF), il remplit ses missions avec l’ambition d’atteindre un niveau de performance encore plus élevé et d’équilibrer ses finances d’ici 2020. Je travaille au sein de la Direction de la Maintenance Technique Sud-Est en tant que Directeur Opérationnel Projet. Mon rôle consiste à faire passer des marchés en vue de réaliser des actions de désamiantage sur nos infrastructures aussi bien en tant que MOA (Maîtrise d’ouvrage) qu’en qualité de MOE (Maîtrise d’œuvre)».

Comment avez-vous appréhendé la problématique amiante dans votre secteur ?

Cyrille Sroczynski : « Dans un premier temps la SNCF s’est chargée de désamianter les lieux accueillant du public. Une fois cette problématique bien avancée, nous nous sommes intéressés aux infrastructures qui contiennent de l’amiante. Dans les années 50 à 70, on en mettait un peu partout. Pour chaque chantier, nous faisons d’abord intervenir un diagnostiqueur qui nous remet un DAAT (Diagnostic Amiante avant Travaux) en plus du DTA (Dossier Technique Amiante) déjà en notre possession. Une fois ce document à notre disposition, nous réalisons un appel d’offres auprès d’entreprises d’électricité qui sous-traiteront alors le désamiantage. Pourquoi les électriciens ? Car nos installations amiantées concernent des installations électriques de notre réseau et après remontage, il y a une obligation de résultat. Ces travaux sont en sous-section 3, niveau I ou II, complexe à obtenir, et dont seuls disposent les désamianteurs. Sur la zone du Grand Sud-Ouest (de Dijon à Menton, à Perpignan en passant par Lyon), nous réalisons en moyenne 30 chantiers de désamiantage par an. Nous avons démarré en 2014 et avons environ 300 installations concernées ».

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées et levées ?

Cyrille Sroczynski : « La difficulté n°1 est la maîtrise de la sécurité, vis-à-vis des risques ferroviaires et des risques électriques. Ensuite une de nos principales difficultés consiste à faire passer un électricien avant l’opération de désamiantage pour s’assurer que le remontage de l’installation se réalise sans anicroche. Nous ne disposons en moyenne que de 4 semaines par chantier ce qui ne laisse pas le droit à l’erreur. Quant aux choix des désamianteurs par les électriciens, tout s’est bien passé, sachant que pour travailler sur nos infrastructures, une habilitation est nécessaire ».

Selon vous quelle solution ou service aurait pu améliorer votre chantier ?

Cyrille Sroczynski : « Dans l’ensemble, période de rodage comprise, tout se déroule très bien.
Pour rendre nos chantiers encore plus efficients, les électriciens auraient pu être habilités en sous-sections 3 sur les deux niveaux, mais cela n’existe pas. Après, nous devons gérer les contraintes de gestion de projet, car nos projets doivent impérativement être intégrés au programme de maintenance déjà prévu et bien sûr ne pas gêner la circulation des trains, ni nos clients ».

Prochaines conférences Grand Circuit