Quelles conséquences pour la spécialisation du métier de diagnostiqueur immobilier ?

diagnostiqueur-immobilier

L’arrêté de compétences publié sur l’amiante cet été fait grincer quelques dents chez les diagnostiqueurs immobiliers. Si la finalité est bel est bien de spécialiser la profession, les conséquences sont lourdes pour les professionnels qui, pour exercer des diagnostics autres que les repérages basiques, devront passer par les cases formation, pré-requis et certification.

Plus d’exigences pour un risque de santé publique

Les autorités ont placé le sujet de l’amiante au cœur de leurs préoccupations. Et pour cause : selon un rapport publié par le Sénat le 9 décembre 2016, les maladies liées à l’exposition aux fibres d’amiante ont un bilan humain considérable. Non seulement 35.000 personnes sont mortes, en France, d’une maladie de l’amiante, entre 1965 et 1995, mais entre 50.000 et 100.000 décès sont encore attendus d’ici 2025. Selon l’Organisation Internationale du Travail, 100.00 personnes meurent chaque année, dans le monde, à cause de l’amiante.

La gravité du danger nécessite donc des professionnels à la hauteur du risque. Si c’est bien là l’objectif de l’arrêté de compétences, sa mise en application pose un certain nombre de questions sur le plan pratique.

Des investissements supplémentaires pour le diagnostiqueur immobilier

On le sait, les diagnostiqueurs immobiliers doivent investir lourdement dans la formation et la certification. Ils devront, une fois de plus, mettre la main à la poche et surtout répondre à des exigences accrues de compétences.

Il faudra désormais, pour la certification « avec mention », justifier au moins d’un bac +2, et réussir l’examen de la certification. Sinon, exit la prestation de l’amiante à moins d’embaucher un opérateur satisfaisant aux nouveaux critères de compétences. Mais à quel prix. Les salaires d’un bac + 2 ou plus ne sont pas les mêmes qu’un niveau de qualification plus bas.

L’amiante : vers une spécialisation

Compte tenu des connaissances, compétences et investissements nécessaires, on peut aisément imaginer qu’un diagnostiqueur généraliste restera sur une compétence amiante « sans mention », tandis que d’autres, au contraire, se spécialiseront sur ce sujet jusqu’à devenir experts.

Des diagnostiqueurs immobiliers excédés

Une pétition a été lancée sur le site internet petitions24 et a récolté 3070 signatures. Preuve de l’exaspération de certains professionnels.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire

*