Anne Hidalgo inquiète au sujet du projet de loi sur le logement

anne-hidalgo-projet-logement

La maire de Paris évoque des mesures “qui visent par exemple à pousser les classes moyennes habitant le parc social à le quitter sous couvert de surloyers dès le premier euro de dépassement”.

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a affirmé mardi “s’inquiéter” de plusieurs mesures concernant le logement qui pourraient affecter les classes moyennes dans la capitale, ainsi que les bailleurs sociaux.

“Je vois aujourd’hui un projet de loi qui contient un certain nombre de mesures qui m’inquiètent”, a indiqué Mme Hidalgo dans un entretien à l’AFP, en citant notamment des mesures “qui visent par exemple à pousser les classes moyennes habitant le parc social à le quitter sous couvert de surloyers dès le premier euro de dépassement”.

“C’est très inquiétant”, a ajouté la maire qui estime que ces dernières se verraient “contraintes de quitter ces logements du fait de la loi, mais sans avoir la possibilité de se loger dans Paris” dans un parc privé trop cher.

Le parc social à Paris représente 450.000 personnes dont un tiers de classes moyennes qui pourraient être affectées, selon l’élue. “Nous sommes sur un marché tendu. Si nous voulons garder des classes moyennes et des catégories populaires, cela passe aussi par la production de logement social, de logement intermédiaire”, a-t-elle ajouté.

Anne Hidalgo ouverte au dialogue

De même, la ponction annoncée chez les bailleurs sociaux ferait qu’ils “ne pourraient plus réinvestir des parties de leurs recettes dans la transition énergétique, la rénovation de ce parc social”.

“Nous avons de très beaux immeubles en brique le long du périphérique, ce sont des bâtiments des années 1930, 1940, etc, ils sont magnifiques de l’extérieur mais il y a des problèmes d’isolation, d’infiltrations”, a-t-elle dit.

“Je suis ouverte au dialogue, j’espère un accord étant donné que nous sommes en zone tendue”, a insisté la maire qui plaide pour une “contractualisation” entre la Ville et le gouvernement sur le logement social. Mme Hidalgo avait indiqué la semaine dernière devant le Conseil de Paris avoir rencontré le gouvernement sur la question et plaidé les “spécificités parisiennes”.

Concernant les bailleurs sociaux, son adjoint au Logement Ian Brossat (PCF) avait pointé les “conséquences très importantes” de ces coupes dans les ressources des organismes HLM de Paris, évalués à 30 millions d’euros par an pour Paris Habitat, 10 pour la RIVP et 3 pour Siemp-Elogie. “Ce seront des logements sociaux qui seront construits en moins et des logements sociaux qui ne seront pas réhabilités”, avait-il ajouté.

Source : La Vie Immo

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire

*