Créateur de conférences éco-responsables

Les enjeux à relever pour les entreprises du secteur électrique

Les enjeux à relever pour les entreprises du secteur électrique

Partage


Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter pour suivre nos actualités (conférences, interviews événements…)

Cinq enjeux qui attendent les entreprises d’électricité.

Transition énergétique

La transition énergétique est un vecteur de développement essentiel pour les marchés du bâtiment. Elle représente un potentiel très important de travaux dans les prochaines années. Équipements, matériaux, applications, systèmes, tout se développe, mais aussi se connecte avec l’apport du numérique. Des premières réglementations thermiques qui ne concernaient que la construction neuve, nous évoluons vers une prise en compte de l’existant avec un parc considérable à rénover. Les immeubles vont se doter de carnets d’entretiens. Une nouvelle marche sera franchie en 2020 avec la Réflexion Bâtiment Responsable (RBR 2020-2050) qui accélérera l’évolution du bâtiment vers le bas carbone. Les engagements de la COP21 vont se décliner dans les législations locales.

Réglementation, normalisation, évolution des méthodes du secteur électrique

L’environnement réglementaire et normatif des entreprises est en plein mouvement, notamment pour s’inscrire dans le sillage de l’harmonisation européenne. En imposant leur adaptation à de nouvelles conditions, la réglementation contribue à la restructuration de l’offre. La technique est plus que jamais un passage obligé du professionnalisme. Avec l’adaptation au handicap, la prévention et la sécurité et la performance énergétique, le secteur du bâtiment s’intègre à un environnement complexe et exigeant. La conception et la maintenance prennent une importance croissante en empruntant de plus en plus aux méthodes industrielles. Les délais des chantiers se raccourcissent. La logistique dans le secteur électrique est devenu incontournable pour les aspects humains et matériels. Certaines entreprises ont recours à la lean construction1 pour optimiser la gestion des chantiers et la suppression des non qualités.

Compétences et formation

Les entreprises d’équipement électrique vont devoir former de plus en plus pour créer de la valeur.

Le filières de formations se diversifient et tendent d’une manière générale à élever le niveau des études dans les directions :

  • technique (conception, gestion d’un chantier, exécution, maintenance) ;
  • connaissances liées aux courants faibles (électronique, informatique) ;
  • efficacité personnelle (communication, adaptation à des équipes autonomes et décentralisées, gestion du travail, maîtrise des outils numériques).

Déjà sensible, la diffusion de nouvelles compétences dans la plupart des entreprises du secteur électrique confirme l’évolution vers une valeur ajoutée reposant sur la conception, l’intégration à des configurations spécifiques et le service. Une évolution qui n’exclut pas un besoin toujours important de disposer dans les entreprises de compétences de production. Des ressources d’autoformation pourront être mis à la disposition des intervenants de chantier. Les technologies numériques permettent d’associer par exemple un matériel à un flash-code donnant accès à un module d’e-learning présentant ses caractéristiques et ses modalités d’installation.

Les technologies numériques

Les technologies de la communication transforment l’activité des entreprises du secteur électrique. Elles reposent sur des infrastructures en plein essor : réseaux, dessertes, data centers, backbones, jusqu’aux installations intérieures connectées à l’usager. Des entreprises d’équipement électrique comptent parmi les acteurs de ces technologies qui génèrent des marchés importants d’ingénierie et d’installation d’équipements (câblage, réseaux, intégration, Gestion Technique du Bâtiment…). De nouvelles offres concrétisent le rapprochement des univers autrefois très segmentés des équipements électriques et des équipements de télécommunication. En témoigne l’irruption de nouveaux concepts à forte connotation de services comme le « netbuilding » ou les « télécom services ».

Par ailleurs, ces entreprises deviennent aussi des utilisateurs de ces technologies (échanges de données numérisées, smartphone, services en ligne, transmission de données à haut débit…) ce qui modifie la nature de leurs rapports avec leurs fournisseurs, clients et partenaires. La prochaine étape est le Building Information Modeling (BIM), qui s’implante déjà sensiblement sur les chantiers.

Une utilisation optimale des technologies de communication apporte à une entreprise du secteur électrique un véritable avantage compétitif.

Offre globale, macro-lots

Le bâtiment tend à devenir un système intelligent et performant énergétiquement. Un bâtiment performant ne peut être réalisé que collectivement. Pour l’électricien comme pour tous les professionnels du bâtiment, le « travailler ensemble » est inéluctable. Se mailler avec d’autres entreprises de corps d’état complémentaires, proposer une offre globale énergétiquement efficiente, être en mesure de se grouper pour répondre à des macro-lots. C’est pour l’électricien le chemin de l’avenir.

  1. Méthode de management et de gestion de projet anglo-saxonne visant l’optimisation de la production. Elle est fondée sur l’élimination du gaspillage et s’appuie sur les outils collaboratifs.

Cet article a été rédigé en collaboration avec CSEEE

Prochaines conférences Grand Circuit