Ventilation : règlementation et DPE

CONFÉRENCES À VENIR

Inscrivez-vous gratuitement aux conférences du Grand Circuit. Public : maitres d’ouvrage publics et privés, diagnostiqueurs, bureaux de contrôle, bureaux d’études, architectes, filière amiante, collectivités locales, entreprises de travaux+ d’infos

Froid, humidité, soleil, odeurs, bruits… nos logements d’avant, bien souvent ouverts à tous vents, laissaient passer tout et n’importe quoi. A la recherche d’un meilleur confort de vie et maintenant d’une réduction de la facture énergétique, nous avons appris à calfeutrer, à mieux isoler les logements,  mais en oubliant souvent de les ventiler, avec parfois des conséquences qui peuvent devenir catastrophiques, pour le bâti mais aussi la santé.

LA RÈGLEMENTATION

Le contrôle de la ventilation est un élément important dans le cadre du DPE et dans le diagnostic de la qualité de l’air intérieur. Il concerne à la fois l’habitat individuel, le collectif et le tertiaire.

Depuis peu, l’apparition, par arrêté, des premiers labels HPE RENO et BBC RENO, préfigure l’organisation du marché du logement existant, en introduisant des notions de performances thermiques.

Les éléments à prendre en compte sont les suivants :

  • La perméabilité à l’air d’un bâti doit être la plus faible possible.
  • Le système de ventilation doit balayer le logement. La circulation de l’air doit pouvoir se faire principalement par entrée d’air dans les pièces principales et sortie dans les pièces de service.
  • Pour les locaux d’habitation, le système de référence est un système par extraction d’air pris sur l’extérieur. Les bouches d’extraction situées en cuisine sont à deux débits et équipées d’un dispositif manuel de gestion.
  • Pour une  habitation, la consommation électrique des « auxiliaires » de ventilation est limitée à 0,25 W/m3. Des majorations sont possibles sous certaines conditions. Pour vérifier la conformité d’un appareil, il suffit de diviser sa puissance, indiquée en watts, par son débit exprimé en mètres cubes par heure.
  • D’autre part, les fenêtres d’une pièce principale doivent posséder des entrées d’air, sauf s’il existe déjà une entrée d’air ou une installation double flux (ventilation mécanique contrôlée).

LES PRINCIPAUX  SYSTEMES D’AERATION ET DE VENTILATION

Il existe différents systèmes d’aération et de ventilation, les principaux sont les suivants :

  • l’aération par ouverture des fenêtres
  • l’aération par tirage thermique, ventilation naturelle par grilles d’aération basses et hautes
  • l’aération ponctuelle (par extracteur), VMR (ventilation mécanique répartie)
  • la ventilation mécanique contrôlée simple flux(VMC), circulation permanente de l’air dans l’habitation par renouvellement (l’air pris à l’extérieur entre au niveau des entrées d’airs placés sur les fenêtres dans la maison au niveau des pièces de vie et est extrait dans les pièces de service où les dégagements d’odeur et d’humidité sont les plus importants).
  • la ventilation mécanique contrôlée double  flux, (introduction mécanique d’air filtré et préchauffé par les calories de l’air extrait au niveau d’un échangeur statique).

TROUVER LE BON COMPROMIS

Entre rénovation, consommation d’énergie et qualité de l’air dans le logement, il s’agit de trouver le meilleur compromis.

Dans ce cadre il existe des labels incitatifs et non règlementaires, inspirés de la RT 2005. Pour les locaux d’habitation chauffés par effet Joule, une modulation des débits doit permettre de réduire de 25% les déperditions énergétiques dues à la ventilation, et de 10 % pour les autres locaux d’habitation.

Par ailleurs, la VMC hygroréglable de type B, permet la bonne modulation des débits, dans toutes les pièces, grâce aux entrées d’air hygroréglables dans les pièces sèches, grâce à des bouches, hygroréglables dans les salles de bain, celliers, automatisées dans les WC, semi automatisée dans la cuisine. Ces deux dernières, temporisées, contribuent aux économies d’énergie. Il est à noter que ce système fait l’objet de fiches standardisées en vue de l’obtention de CEE.  

Plus efficace encore, une VMC double flux à récupération de chaleur apporte un bonus qui peut être utilisé pour compenser la faiblesse d’un autre poste comme l’orientation des fenêtres ou l’isolation des murs. De plus, ce système protège l’habitat extérieur des agressions extérieures telles que bruits, pollens, poussières.  

 UN ARGUMENT COMMERCIAL

Il n’existe pas de méthode unique de diagnostic de ventilation en France, contrairement, par exemple, à la Suède, mais un certain nombre d’organismes en proposent. Reste qu’une mauvaise ventilation d’un bien n’a pas de valeur contraignante, elle n’engendre pas d’amende et n’est pas utilisable pour annuler une vente. Cependant pour l’acheteur, elle peut représenter un bon argument de négociation du prix de cession, surtout si l’affichage du DPE se généralise dans les vitrines des agences immobilières.

Résumé :
Les textes de référence sont les suivants : RT Existant (sup. à 1000m²), RT Existant (éléments par éléments), Labels HPE et BBC RENO, DPE et CEE.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire

*