Pourquoi et comment organiser un management de la qualité BIM ?

Philippe Durand, directeur de programme chez Bureau Veritas Certification, explique pourquoi et comment organiser un management de la qualité BIM.

Retranscription

Pourquoi et comment organiser un management de la qualité BIM ?

Le BIM est une nouveauté qui nécessite que tous les acteurs puissent avoir la même information ou la possibilité de se coordonner pour comprendre ce qu’on leur demande dans la démarche BIM, puisque le BIM est avant tout une démarche.

Pour se faire, il y a plusieurs possibilités. Soit que tous les acteurs fassent l’objet d’une formation pour comprendre la démarche BIM, mais ça peut prendre un certain temps qui n’est peut-être pas compatible avec les données économiques actuelles et la rapidité d’exécution des chantiers. Donc l’une des solutions pourrait consister à organiser la coordination du chantier BIM au travers d’un plan de qualité, inventer un système de management de la qualité d’un projet BIM. Plusieurs intérêts : tous les acteurs pourraient avoir l’expérience d’une tierce partie indépendante qui apporterait un regard critique et qui permettrait peut-être au maitre d’ouvrage de mieux appréhender les besoins de l’exploitant futur, mais également de pouvoir valider et certifier l’ensemble des données du bâtiment et les données à exporter en imaginant que les Data puissent être utilisées dans la vie du bâtiment pour les entreprises de contrôle, d’inspection ou de maintenance.

Faut-il certifier les intervenants ?

On peut l’imaginer, mais il y a certainement d’autres données possibles. Parce qu’il ne faut pas perdre de vue que la démarche BIM existe depuis plusieurs années et qu’il y a des opérateurs qui sont aujourd’hui totalement compétents. Et ces gens là ne peuvent pas être pénalisés sous prétexte qu’une certification se met en place aujourd’hui. Donc il faut il tout de même tenir compte du panel des compétences existantes aujourd’hui et qui sont éprouvées.

Le marché est-il dans l’attente de la création de signes de qualité ?

On peut considérer un réel manque car nous sommes dans une période de transition sur l’usage, avec des documents qui sont remis à la fin d’une construction. On a tendance à dire qu’on a des plans tels que construits, ça clôture la fin d’un chantier et on signe le PV de réception. On ne se soucie pas de ce que l’on peut faire de ces plans ou des notices techniques qui sont associées au produit. Alors qu’aujourd’hui ces plans vont vivre avec le bâtiment, et les notices techniques vont être totalement dématérialisées pour un usage. C’est cette transition qui est à comprendre. Elle ne sera réussie que si les données que l’on va héberger et transmettre sont fiables et pertinentes, ce que l’on ne peut pas garantir aujourd’hui. Le temps que les gens prennent conscience de cet usage nécessite un accompagnement. Et les maîtres d’ouvrage ont besoin d’une validation forte parce qu’il y a un intérêt économique non négligeable pour l’avenir sur toute la chaine de vie d’exploitation d’un ouvrage.

Quelle est l’expérience de Bureau Veritas Certification sur le sujet du BIM ?

Bureau Veritas Certification a une expérience internationale sur les maquettes BIM de part les zones géographiques sur lesquelles il opère. Il est vrai qu’aujourd’hui l’ensemble des acteurs du groupe se sont focalisés sur ce qu’est un projet BIM et ce que l’on peut en faire, parce que c’est un sujet qui est très complexe et qui nécessite d’avoir des compétences sur les fondamentaux de la construction d’un ouvrage et des livrables qui sont donnés en fin de construction, mais également sur l’exploitation des Data en tant que données techniques du bâtiment, et la fiabilités des Data en tant que métadonnées puisque ces dernières peuvent être détournées pour faire un certain profit.

Donc la philosophie BIM chez Bureau Veritas Certification, c’est d’allier les compétences tant sur l’aspect construction, sur ce que l’on veut faire des données techniques pour faire vivre le bâtiment, mais également sur la sécurité des données pour que le bâtiment ne puisse pas être “violé” avec des données introduites volontairement par malveillance. Toute la chaine de confiance doit exister sur tous ces aspects là. Bureau Veritas Certification a la chance de pouvoir réunir tous ces acteurs au sein de ses équipes.