Fiche pratique – Utilisation de la caméra thermique en fonction de la température extérieure

Fait-il assez froid pour réaliser une inspection thermographique ? Cette question est judicieuse, puisque le principe de fonctionnement de la caméra thermique repose sur l’écart de températures entre l’intérieur et l’extérieur. Quand peut-on tirer le meilleur parti de la caméra infrarouge ?
Le capteur de la caméra infrarouge mesure des écarts de température selon les pixels qui sont analysés.

EN HIVER : UNE SITUATION EVIDENTE

L’intérieur du logement est chauffé, il fait froid à l’extérieur, on dispose d’un ?t (delta t = écart de température intérieur/extérieur) supérieur à 15°C. Aucun souci pour intervenir !

EN INTER SAISON : DES CONDITIONS A SURVEILLER

L’écart de température intérieur/extérieur se réduit, mais on mesure facilement des écarts de l’ordre de 7°C à 8°C.

Un bon capteur décèlera sans problème d’éventuelles pathologies ou désordres.

EN ETE : IL PEUT FAIRE SI CHAUD !

Intervenir dans des combles aménagés pour la détection de pathologies lorsqu’il y fait 25 ou 28°C ne pose aucun problème si la température sur la couverture est à plus de 35°C !

Quelle que soit la température extérieure, l’important reste le ?t. La période estivale n’imposera donc pas la mise au repos de la caméra thermique.

Donc, si l’inspection permet de mettre en évidence des défauts d’isolation révélés par temps chaud, les mêmes défauts existeront par temps froid! CQFD!

RAPPEL : Il est de la responsabilité du thermographe de vérifier s’il peut ou non procéder à l’inspection thermographique, sans oublier toutefois les autres paramètres qui entourent cette inspection. Exemple : des murs fortement ensoleillés qui rendront inexploitables des prises de vues réalisées par l’extérieur.

Laisser un commentaire

*