Caméras thermiques : évolution du matériel et des prix

Fabrice Kecili, Sales Manager Instruments chez Flir, répond aux questions sur les évolutions techniques des caméras thermiques et leurs prix. Une vidéo réalisée à l’occasion du Grand Circuit Contrôler le Bâtiment.

Retranscription

Comment rendre les images thermiques plus compréhensibles pour le client final ?

En termes d’utilisation, la caméra est simple mais c’est vrai qu’il y a quand même une petite interprétation du thermogramme à avoir. Il y a des erreurs à éviter, comme par exemple de procéder à une thermographie sur une façade le matin avec le soleil qui a chauffé ma façade.

Après, on a la possibilité de faire des rapports. J’ai un logiciel qui permet de mettre des informations de température sur mon image. Donc je peux mettre des points et des zones pour pouvoir déterminer quelles températures j’ai à cet endroit là et voir mes ponts thermiques et défauts d’isolation. Ou éventuellement de voir où j’ai des risques de condensation.

Les caméras thermiques vont-elles continuer à évoluer ? Pourra t-on visualiser de nouvelles anomalies ?

Le principe de la thermographie aujourd’hui, c’est de travailler dans le rayonnement infrarouge, la mesure de surface. Donc à ce niveau je pense qu’il n’y aura pas d’évolutions. En revanche, on peut envisager dans un avenir très proche de pouvoir faire des thermogrammes en 3D. C’est à dire que j’ai toute mon habitation, que ce soit l’intérieur ou l’extérieur, avec mes thermogrammes en trois dimensions.

Les prix des équipements vont-ils continuer à baisser ?

Les prix évoluent tout le temps, donc on peut estimer que oui, ça continuera à évoluer dans le bon sens. Après on n’aura pas les mêmes performances selon les résolutions des caméras.