Normes et textes de référence

Installation de câbles et tableaux électriques

L’installation de tableaux, fils et câbles électriques constitue la base du métier d’électricien. C’est également un domaine encadré par des normes pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité des systèmes. Pour les installations électriques en basse tension (locaux d’habitation), la norme NF C 15-100 fixe les règles des installations électriques.

Pour rappel, l’amendement 5 avait apporté en novembre 2015 de nouvelles modifications afin d’adapter la norme NF C 15-100 aux réalités du logement d’aujourd’hui. Par la suite, deux arrêtés entrés en vigueur le 1er septembre 2016 ont apporté d’autres changements.

Voir notre article > Conformité des installations électriques : les évolutions de la norme NF C 15-100

Cette évolution s’est notamment traduite par la création de deux nouveaux titres. Le titre 10 relatif aux « installations électriques à basse tension dans les bâtiments d’habitation » et le titre 11, qui concerne « l’installation de communication dans les bâtiments d’habitation ».

Par ailleurs, ces changements renseignent les installateurs sur les conditions de mise en place d’un circuit spécifique dans la cuisine afin de répondre à la multiplication des appareils électrodomestiques, sur le nombre des socles de prise de courant par pièce et par circuit, ainsi que sur la méthode de dimensionnement des dispositifs différentiels à haute sensibilité (dorénavant dimensionnés en fonction de la taille de l’installation électriques et non de celle du logement).

Précisions concernant les conducteurs

Le type de câble ou de fil utilisé pour le transport du courant électrique dépend des besoins et de la réglementation. Une installation domestique comprend des circuits d’alimentation qui desservent plusieurs points d’utilisation (éclairages, prises) et des circuit spécialisés, qui ne desservent qu’un seul appareil (chauffe-eau, plaque de cuisson, four). Les radiateurs électriques font également l’objet d’une ligne distincte. A chaque usage correspond une section de conducteurs (en mm²) adaptée à l’intensité du courant (en ampères) que doit supporter le circuit.

  • 10 A : 1,5 mm²
  • 16 – 20 A : 2,5 mm²
  • 25 A : 4 mm²
  • 32 A : 6 mm²

Des sections de 10, 16 et 25 mm2 sont destinées aux liaisons de compteur électrique/disjoncteur d’abonné, à la mise à la terre, ou encore au branchement d’une dépendance.

Repérage des couleurs:

  • Les conducteurs de phases peuvent être de toutes les couleurs sauf bleu clair, vert, jaune, vert et jaune.
  • Ceux de terre sont rayés vert et jaune.
  • Les conducteurs de neutre sont bleu et toutes les nuances de bleu.

Désignation d’un câble électrique

Norme européenne Cenelec

Les caractéristiques d’un câble selon la norme européenne sont indiquées par un code :

Désignation Symbole Signification du symbole
Type de câble H Harmonisé CENELEC
A National reconnu par CENELEC
N National non reconnu par CENELEC
Tension U0/U

U0 : Tension entre phase et terre

 

U : Tension entre phases

00 < 100/100V
01 ≥ 100/100V et ≤ 300/300V
03 300/300V
05 300/500V
07 450/750V
Isolant R Caoutchouc
S Caoutchouc silicone
V Polychlorure de vinyle
X Polyétdylène réticulé (PRC)
Gaine J Tresse de fibres de verre
N Polychloroprène
R Caoutchouc
T Tresse textile
V Polychlorure de vinyle (PVC)
Forme du câble Rien Câble rond
H Câble méplat, conducteurs séparables
H2 Câble méplat, conducteurs inséparables
Nature de l’âme
Rien Conducteur en Cuivre
A Conducteur en Aluminium
F Âme souple classe 5
H Âme souple Classe 6 (extra souple)
K Âme souple installation fixe
R Conducteur fixe à fils torsadés cylindriques
S Conducteur fixe à fils torsadés et contour sectoriel
U Conducteur fixe à fils massifs et cylindriques
W Conducteur fixe à fils massifs et contour sectoriel
Y Âme à fil rosette
Constitution n Chiffre indiquant le nombre de conducteurs
X Absence du conducteur Vert/Jaune
G Présence du conducteur Vert/Jaune
m Nombre indiquant la section en mm²

Norme française UTE

Les caractéristiques d’un câble selon la norme française UTE sont indiquées par un code :

Désignation   Symbole Signification du symbole
Type de câble U Câble normalisé UTE
Tension nominale 250 250V
500 500V
1000 1000V
Nature de l’âme Rien Âme rigide en cuivre
A Âme rigide en Aluminium
S Âme souple en Cuivre
Nature de l’enveloppe isolante B Caoutchouc butyle vulcanisé
C Caoutchouc vulcanisé
J Papier imprégné
K Caoutchouc silicone
E Polyéthylène
N Polychloroprène réticulé
R Polyéthylène réticulé
V Polychlorure de vinyle
X Isolant minéral
2 Avant symbole gaine = gaine épaisse
3 Avant symbole gaine = gaine très épaisse
Bourrage pour les câbles multiconducteurs G Plastique formant la gaine de bourrage
U Aucun bourrage ou pas de gaine
1 Gaine d’assemblage formant gaine de bourrage
2 Avant symbole gaine : gaine épaisse
3 Avant symbole gaine : gaine très épaisse
Rien Conducteur ou torsade de conducteurs
Gaine de protection non métallique C Caoutchouc vulcanisé
N Polychloroprène ou équivalent
V Polychlorure de vinyle
Protection et revêtement métalliques P Plomb
F Feuillard ou fil d’acier
Z Zinc ou autre
Gaine extérieure V Polychlorure de vinyle
Forme du câble Rien Câble rond
M Câble plat

Câbles et fils électriques, quelles différences ?

Le fil électrique se compose d’une âme conductrice, rigide ou souple, enrobée d’un isolant. Celle-ci peut être en cuivre, cuivre nickelé ou nickel (métal blanc). Le câble électrique est quant à lui constitué de plusieurs fils électriques regroupés dans une gaine protectrice simple ou double.

Tous les articles sur le sujet

Dispositifs différentiels à haute sensibilité 30 mA – Exemple d’emploi des DDRHS 30 mA

Les dispositifs à courant différentiel résiduel (DDR) protègent les personnes contre les contacts indirects avec des masses en défaut. Voyons maintenant quelques exemples d’emploi de ces dispositifs différentiels : dans le neuf, dans l’existant, en extérieur…

Installation à basse tension : mise en œuvre des canalisations et des connexions – Règle d’incorporation des canalisations dans les éléments de construction

Le guide comporte à ce sujet une annexe informative très détaillée sur la base de tableaux et de schémas. De nombreuses précisions sont données quant aux emplacements et aux dimensions des saignées. Il est fait référence à plusieurs reprises aux DTU (documents techniques unifiés) appropriés.

Mise à la terre des immeubles existants : la prise de terre

La sécurité des personnes contre les chocs électriques repose sur l’association d’une protection principale (contre les contacts directs) et d’une protection complémentaire en cas de défaut (contre les contacts indirects).

Les caractéristiques techniques principales d’un dispositif différentiel DR

Quatre caractéristiques définissent un dispositif à courant différentiel résiduel (DDR). Quels sont-ils ?

Protection différentielle : couplage d’une prise de terre et d’un dispositif différentiel de sensibilité appropriée

La protection par coupure automatique de l’alimentation repose sur deux conditions : la constitution d’une boucle de défaut permettant la circulation d’un courant et la coupure automatique du courant de défaut par un dispositif de protection, dans un délai compatible avec la sécurité des personnes.

La protection des circuits contre les surintensités selon la norme XP C 16-600 : quelles sont les règles ?

Tout circuit électrique doit être protégé à son origine contre les surintensités (surcharges et court-circuits). Ces protections visent à éviter les échauffements anormaux des conducteurs pouvant entraîner leur détérioration et provoquer des incendies. Mais quel doit être le calibre de ces protections ? Doivent-elles se trouver sur les conducteurs de phase, de neutre, sur les deux ? Peuvent-elles être réglables en courant ? Explications…

La répartition par peignes d’alimentation HX3 et VX3

Dans le résidentiel et le petit tertiaire répartissez comme vous voulez de 63 à 125 A

Les règles de la norme XP C 16-600 concernant les interrupteurs différentiels à haute sensibilité (? 30 mA)

La norme XPC16-600 distingue plusieurs cas pour ce qui est des interrupteurs différentiels à haute sensibilité (≤ 30 mA), selon qu’ils protègent la totalité ou une partie seulement de l’installation électrique. En outre, ces règles ne concernent que les interrupteurs différentiels, pas les disjoncteurs différentiels. Explications sur ces distinctions…