Le renouveau du photovoltaïque sur le marché de l’électricien

photovoltaïque pour l'électricien

Après avoir connu une forte croissance, le marché du photovoltaïque a chuté fin 2009, date à laquelle le dispositif d’aide à l’équipement a été revu drastiquement pour éviter un effet de bulle. La filière qui était en train de se constituer a été fortement affectée de la fabrication à l’installation. Depuis 2014, le marché du photovoltaïque reprend progressivement des forces notamment avec l’autoconsommation et les perspectives Bepos.

L’évolution du marché

La production d’énergie photovoltaïque continue de progresser notamment en Europe, même si en terme de puissance installée, le marché européen qui représentait trois quart du marché mondial en 2011 est redescendu en dessous de 30% au profit de la Chine et des États-Unis. Le coût de l’électricité photovoltaïque étant en baisse constante et les besoins en énergie toujours importants, une nouvelle croissance “raisonnée” du marché du photovoltaïque est en marche.
L’autoconsommation se développe ainsi que les centrales ou fermes de production. Beaucoup d’acteurs qui s’étaient tournés vers l’intégration au bâti avant 2010 se sont retirés du marché. Le photovoltaïque tend à devenir un lot où vont intervenir des spécialistes. La demande reprend en France depuis 2014 et devrait logiquement progresser avec l’arrivée du Bepos (bâtiment à énergie positive) car la majorité des bâtiments d’ici à 2020 devraient se voir équipés de modules photovoltaïques leur permettant de présenter un bilan énergétique positif.

Se former et créer une activité spécialisée en photovoltaïque

L’alliance des compétences de l’électricien et d’un métier de l’enveloppe, couvreur, façadier, métallier, etc., est l’approche idéale pour la réalisation d’installations de qualité sur un bâtiment.
Pour la partie électricité, un électricien bénéficiant d’un socle de connaissance classique (CAP et au-delà) peut à l’aide d’une formation professionnelle au photovoltaïque de quelques jours avec travaux pratiques se préparer à aborder cette spécialité. La partie principale va aborder le dimensionnement de l’installation et ses conditions de mise en oeuvre : relevés d’exposition, localisation des composants, choix des câbles électriques extérieurs, connexions et intégration des différents éléments (boîtiers de connexion, onduleurs), connecteurs spécifiques, optimisation des sections de câbles, disposition des panneaux en série, qualité du courant, sécurité, fiabilité, rendement, protection contre les surtensions, déplacement en hauteur, étanchéité…
Mais la compétence technique n’est pas tout. L’environnement du photovoltaïque est particulier. Le professionnel doit intervenir dans la gestion du raccordement au réseau électrique local et les démarches nécessaires pour le contrat de rachat de l’électricité. Enfin, l’électricien peut accompagner le client dans la partie administrative : financement, subventions, crédit d’impôt, emprunts, permis de construire, déclaration de travaux, statut de producteur, gestion des assurances et des mesures de sécurité spécifiques. S’orienter vers le photovoltaïque doit donc être un choix raisonné.
Il existe des formations complémentaires qui permettent à une entreprise de former à chaque niveau de responsabilité les personnes intervenant sur le photovoltaïque et de se doter ainsi de compétences relatives à la conception, la mise en oeuvre, à la maintenance mais également à la gestion administrative d’un projet. Certaines formations permettent d’accéder aux qualifications QualiPV Elec et Bat.

Cet article a été rédigé en collaboration avec CSEEE

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire

*