Chauffage collectif : financement, budget et retour sur investissement

Marie Souplet, directrice générale de Prochalor, répond aux questions sur le financement et le retour sur investissement des opérations de rénovation et d’entretien des chaufferies collectives. Une vidéo réalisée à l’occasion du Grand Circuit Rénovation des Copropriétés.

Retranscription

Quelle part dans le budget représentent les CEE dans le changement d’une chaufferie ?

En général, on est sur une économie de 10 à 25 % sur le financement des travaux. Ce n’est pas neutre. Aujourd’hui, le montant que peut représenter les aides est énorme.

Sur quel retour sur investissement compter ? Sur combien d’années ?

Tout dépend. Sur les exemples que je donne c’est immédiat. Quand on prend en charge le financement derrière, l’économie est immédiate pour la copropriété.

Quel budget entretien prévoir ?

Dans tous les cas, le budget d’entretien de l’installation ne va pas évoluer d’une année sur l’autre car vous avez forcément une chaufferie à entretenir et vous avez l’équivalent avec la nouvelle. Après tout dépend de ce que l’on met en oeuvre. Il va sûrement y avoir une augmentation des coûts puisque les obligations réglementaires augmentent. Il va y avoir des obligations de contrôles complémentaires, ce qui ne va pas être négligeable sur la facture d’entretien. Malgré tout, la facture d’entretien est minimum par rapport à la facture P1 (fourniture d’énergie).

Avec le P2 (rénovation de la chaufferie) on n’a pas forcément une diminution. Généralement les coûts d’entretien ne diminuent pas. Parce qu’on a les mêmes obligations, les mêmes fréquences de passage à assurer.

Sur le P3 (renouvellement du matériel), comme c’est une garantie totale, si l’installation est très vieillissante la copropriété adapte le P3 en fonction de l’âge de l’installation. Si une chaudière casse, il faut qu’elle puisse avoir la capacité de financer la rénovation de la chaudière.