VMC dans un bâtiment collectif : les solutions techniques

En rénovation thermique d’habitat (isolation des parois opaques et vitrées), il est essentiel de maîtriser le renouvellement d’air du bâtiment, principalement pour des questions sanitaires. Les systèmes de ventilation sont nombreux et tous ne sont pas adaptés à la rénovation et au collectif. Quelle VMC préconiser ?

VMC simple flux hygroréglable

 

 

Il existe plusieurs systèmes de ventilation possibles, cependant en rénovation énergétique il sera plus sensé de de se tourner vers des systèmes performants d’un point de vue énergétique, tels que la ventilation mécanique hygroréglable ou la ventilation mécanique double flux.

 

 

 

 

 

 

LA VMC HYGROREGLABLE

 

 

Elle voit son débit d’air varier en fonction de l’humidité intérieure, ce qui permet de garantir l’évacuation plus rapide en période d’occupation du logement, tout en limitant les gaspillages car réduisant la ventilation en cas d’inoccupation (ventilation adaptée aux besoins).

 

Facile à poser et peu onéreuse, elle permet des économies du volume d’air renouvelé pouvant allez jusqu’à 30% par rapport à un système classique.

 

Dans le cadre de la rénovation d’un bâtiment collectif, le passage d’une VMC classique à une VMC hygroréglable est avantageux mais nécessite un diagnostic préalable de la ventilation en place pour évaluer si le nouveau système peut être adapté.

 

Remplacer un système de ventilation mécanique fixe (ou autoréglable) par un système de ventilation hygroréglable permet de réaliser des économies d’énergie si l’on considère le système dans sa globalité (changer uniquement les bouches d’extraction peut entraîner des contre-performances énergétiques).

 

 

 

LA VMC DOUBLE-FLUX

 

 

Ce système permet de limiter les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation : il récupère la chaleur de l’air vicié extrait de la maison (jusqu’à 90% des calories) et l’utilise pour réchauffer l’air neuf filtré venant de l’extérieur. Un ventilateur pulse cet air neuf préchauffé dans les pièces principales par le biais de bouches d’insufflation.

Cependant même s’il existe des ventilateurs à faible consommation, une VMC double-flux consomme environ 2,5 fois plus qu’une ventilation hygroréglable

Dans la mesure où ce système de ventilation suppose de doubler le réseau de ventilation, il sera peu approprié pour remplacer une VMC existante dans le collectif.

 

 

 

LES AUTRES SOLUTIONS

 

 

Il existe également des solutions individuelles à intégrer dans le collectif qui peuvent être envisagées lors de la rénovation d’un lot unique, notamment la Ventilation Mécanique Répartie (VMR).

 

Cette solution a été conçue pour la rénovation : ni conduits ni gaines à entretenir, mais un groupe d’extraction (avec ce que cela induit de contraintes esthétiques, acoustiques et d’encombrement). Chaque pièce d’eau accueille une VMR avec un petit ventilateur coté intérieur du mur et une grille anti-retour à l’extérieur. Egalement adaptable sur les fenêtres, la VMR peut être manuelle ou programmable, et dans la cuisine s’il y a une hotte, elle peut faire office d’extraction. Ce qui n’oblige plus qu’à mettre une VMR dans les toilettes et la/les salle(s) de bain. Concernant les entrées d’air, il s’agit de baguettes qui se posent sur les fenêtres. Il faut compter en moyenne 30m3/h de débit d’air par baguette. Le débit total des baguettes d’entrée doit être égal au débit total des sorties.

Résumé :

Les caissons de ventilation collective, simple ou double flux, sont maintenant équipés de moteurs dits “basse consommation” dont l’économie peut varier de 30 à 75%.

Laisser un commentaire

*