Rénovation des menuiseries extérieures : gérer la problématique amiante

en partenariat avec :

Spécialiste de l’installation de menuiseries extérieures, la société Les Zelles intervient principalement sur des chantiers de rénovation. Pour faire face à la problématique amiante, l’entreprise a qualifié ses équipes en SS4 et s’est entourée de partenaires pour la dépose des matériaux pollués. Entretien avec Gilbert Casanova, directeur de l’agence Les Zelles en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. 

Où trouve-t-on l’amiante lors d’une rénovation de menuiseries extérieures ?

Lorsque l’on remplace les fenêtres d’un immeuble, l’amiante se situe essentiellement dans les joints de mastic. On peut également en trouver dans les panneaux de type « Glasal » qui composent les allèges, bien que ce cas soit de plus en plus rare. 

Quel est votre champ d’expertise concernant l’amiante ?

En région PACA, Les Zelles travaille essentiellement avec les bailleurs sociaux, qui sont très souvent confrontés à la problématique amiante. Si les immeubles construits dans les années 1950 sont très rarement amiantés, ceux des années 1960-70 le sont systématiquement. Nous sommes confrontés à l’amiante dans plus de 70 % de nos chantiers.

Historiquement, notre expertise dans le domaine de l’amiante a débuté après 2008, avec l’évolution des règles d’intervention en sous-section 4 (SS4) et sous-section 3 (SS3). Les premières grosses rénovations sur lesquelles nous sommes intervenus – plus de 2 000 logements sociaux dans le quartier Berthe à Toulon, puis près de 1 000 logements à La Beaucaire, dans la même ville – nous ont poussé à nous qualifier et à bien nous encadrer dans le domaine de l’amiante.

À présent, tous nos conducteurs de travaux sont formés et qualifiés en SS4, et nous co-traitons le retrait amiante en SS3 avec des entreprises qui sont des partenaires de confiance depuis de nombreuses années.

Dans quels cas intervenez-vous en SS4 ?

Les Zelles intervient en SS4 sur des chantiers où un diagnostic amiante exhaustif a été réalisé et n’a révélé la présence d’amiante que sur un nombre réduit d’éléments. Dans ce cas, il s’agit d’une opération ponctuelle et nous pouvons déposer nous-même les quelques menuiseries concernées. Dans le cas d’un diagnostic par sondage – donc non exhaustif – positif à l’amiante, nous en déduisons que le matériau se trouve partout. Les règles de la SS3 s’appliquent alors. Mais sur le plan de la protection des travailleurs, les mesures sont identiques.

Quelles sont les principales différences entre une opération avec et une opération sans amiante ?

Le travail de dépose de la menuiserie en lui-même n’est pas très long. Une heure suffit pour déposer toutes les fenêtres d’un logement, tandis que la pose des nouvelles fenêtres dure une demi-journée. D’où l’importance d’organiser un bon phasage avec la société de retrait en SS3, à qui nous faisons appel une fois le matin et une fois l’après midi. 

Cette opération de dépose a toutefois un coût significatif : elle représente environ trois fois le prix de la pose. Cela reste néanmoins des travaux moins importants que dans le cas de produits très amiantés (flocage, colles amiantées…). Le risque pour les intervenants et pour l’environnement est également très faible, les analyses réalisées avant, pendant et après le chantier ne révélant dans l’écrasante majorité des cas aucune fibre d’amiante. Notre expérience dans le domaine, notre méthodologie éprouvée et nos partenariats solides avec les entreprises de retrait nous permettent de maîtriser et de limiter ce surcoût.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur