Interviews | Vidéos | Quiz

Groupement d’entreprises : un pilote aux commandes de la rénovation globale

Le recours à un groupement d’entreprises dans le cadre d’un projet de rénovation globale offre des garanties supplémentaires de réussite et présente une réponse pertinente aux enjeux de la rénovation énergétique. Zoom sur la démarche, avec Éric BALECH, directeur commercial de SPEBI.

Éric BALECH

Directeur commercial
SPEBI

Quelle tendance observez-vous dans la manière d’organiser les travaux ?

Pour être éligibles aux aides publiques à la rénovation énergétique MaPrimeRénov, les copropriétés doivent viser un objectif de 35 % de gain énergétique après travaux. Cet objectif n’est réalisable que dans le cadre d’une rénovation globale, embarquant l’isolation extérieure, le remplacement des menuiseries et la ventilation. Nous sommes ainsi souvent amenés à répondre à des appels d’offres conjointement avec d’autres corps de métiers au travers d’un groupement d’entreprises. Aussi, c’est une solution que nous proposons systématiquement à nos clients lorsqu’elle n’est pas inscrite dans la demande initiale. 

Un chantier de rénovation globale est une aventure humaine qui dure en moyenne un an. La communication entre les copropriétaires et les entreprises est un des piliers de la réussite. Cette relation est grandement simplifiée et améliorée avec un interlocuteur unique : le pilote du groupement. Ce rôle est le plus souvent porté par l’entreprise qui intervient sur le lot de travaux le plus important. Et c’est un exercice que maîtrisent parfaitement les chefs de chantier et conducteurs de travaux de SPEBI.

Quels sont les avantages à faire appel à un groupement d’entreprises ?

Qu’ils soient permanents ou non, les groupements d’entreprises permettent de proposer, d’afficher et clarifier une offre globale aux maîtres d’ouvrages. Au-delà de la simplicité, c’est aussi une garantie de résultat supplémentaire, car les entreprises du groupement sont solidaires. Du fait de la responsabilité qui lui incombe, le pilote est encouragé à choisir avec soin ses partenaires, en visant le meilleur rapport qualité/prix.

L’appartenance à un même groupement favorise les échanges entre les différents corps de métier. Tous les acteurs du projet se coordonnent en amont des chantiers pour atteindre l’objectif final de performance énergétique. Ils collaborent étroitement et construisent des processus de management adaptés.

Cette méthode permet d’organiser le maximum de travaux en même temps. Les délais s’en trouvent considérablement réduits, ainsi que les coûts de matériel et de matériaux par la même occasion. En outre, cette étroite collaboration permet de limiter les cas de non-conformité.

Comment s’organise un groupement avec SPEBI ?

Nous programmons dans un premier temps des réunions préparatoires, qui nous permettent de planifier les différentes étapes du chantier, ainsi que de fixer les dates de livraison des matériaux. Nous assurons par la suite la coordination entre les lots de travaux, notamment en ce qui concerne les aires de stockage et de livraison. Notre service méthode s’occupe également des demandes d’autorisations auprès de la mairie et de la voirie.

D’un point de vue administratif, le pilote référence les qualifications des cotraitants, collecte leurs mémoires techniques et organise la facturation, cette dernière s’exerçant toujours entre le client et les différents cotraitants. Nous présentons systématiquement notre vision du chantier et notre organisation à la maîtrise d’ouvrage. Il n’y a jamais de surprise : ce que nous faisons, nous l’annonçons.

Quelles sont les particularités de SPEBI en tant que pilote de groupement ?

Par nos qualifications et nos certifications dans le domaine de l’amiante (l’entreprise est certifiée « Traitement de l’amiante intérieur et extérieur des bâtiments » QUALIBAT 1552), nous pouvons intervenir dans d’autres lots que le nôtre.

Nous pouvons par exemple intervenir en dépose des éléments amiantés de menuiserie extérieure. Dans ces cas-là, SPEBI devient sous-traitant de ses cotraitants qui n’ont pas les autorisations nécessaires, tout en demeurant pilote du groupement. Cette pratique est aisée à mettre en œuvre au sein d’un groupement, puisque les entreprises se connaissent.

Tous les Articles du Mag