Analyse du plomb : réglementation, méthodes et usages

en partenariat avec :

Le constat des risques d’exposition au plomb est obligatoire pour tout immeuble construit avant 1949, lors de la vente et de la location. Il vise la protection de la population contre les risques d’ingestion et d’inhalation de plomb dans les revêtements (saturnisme) des locaux habituellement utilisés. Dans ce cadre réglementé, le recours à l’analyse est souvent utile. Comment réaliser une analyse de plomb ?

Le Constat de Risque d’Exposition au Plomb (CREP) défini à l’article L.1334-5 du code de la Santé publique consiste à mesurer la concentration en plomb de tous les revêtements du bien concerné, afin d’identifier ceux contenant du plomb, qu’ils soient dégradés ou non, à décrire leur état de conservation et à repérer, le cas échéant les facteurs de dégradation du bâti permettant d’identifier les situations d’insalubrité. Il concerne tout le territoire français.

Les mesures de plomb dans les revêtements sont effectuées avec un spectromètre portable à fluorescence X. L’auteur du constat peut recourir à des prélèvements de revêtements – écailles de peinture – à analyser en laboratoire.

REGLEMENTATION : QUAND DOIT-ON FAIRE UNE ANALYSE ?

L’analyse du plomb peut être notamment requise dans les cas suivants :

Par ailleurs, le décret 2006-474 du 25 avril 2006
/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman », »serif »;}

relatif au constat de risque d’exposition au plomb (CREP) préconise le recours à l’analyse du plomb lorsque :

  • la nature du support (forte rugosité, surface non plane…) ou le difficile accès aux éléments de construction à analyser ne permet pas l’utilisation de l’appareil portable à fluorescence X,
  • pour une unité de diagnostic donnée, aucune mesure n’est concluante au regard de la précision de l’appareil,
  • dans un même local, au moins une mesure est supérieure au seuil de 1 milligramme par cm2 (1mg/cm2), mais aucune mesure supérieure à 2 mg/cm2. Le prélèvement minimal est de 1x1cm et 1 gramme. S’il s’agit de peinture, l’ensemble des couches doit être prélevé, en veillant à inclure la couche la plus profonde. On évitera le prélèvement de substrat (plâtre, bois etc…).

LA METHODE

Le prélèvement doit être fait avec les précautions nécessaires pour éviter la dissémination de poussières.

L’analyse du plomb acido-soluble est une méthode qui consiste à simuler la solubilisation du plomb dans l’estomac. Elle donne une meilleure évaluation de la toxicité d’une peinture ou d’un enduit que l’analyse du plomb total par fluorescence X. Les résultats sont exprimés en milligrammes par gramme (mg/g). L’analyse se fait par Spectométrie d’Absorption  Atomique (mode flamme) après minéralisation HCI  de  l‘échantillon selon les normes NF X 46-031 et NF X 43-275.

MESURES DE LA CONCENTRATION EN PLOMB DANS LES POUSSIERES PRESENTES SUR LE SOL APRES TRAVAUX

Les contrôles après travaux prévus à l’article L.1334-3 comprennent :

  • une inspection des lieux permettant de vérifier la réalisation des travaux prescrits,
  • une analyse de poussières prélevées sur sol permettant de mesurer le niveau de contamination des locaux.

Les prélèvements de poussière sont réalisés au moins 48 heures après le nettoyage des surfaces à l’issue des travaux. Un échantillon de poussière est prélevé dans chaque local traité. Le prélèvement au sol est effectué par essuyage d’une surface d’un dixième de mètre carré à l’aide d’une lingette humidifiée ne contenant ni détergent, ni plomb. La lingette est passée sur la surface délimitée au moins deux fois, dont la seconde perpendiculairement à la première, et ce en utilisant au fur et à mesure chaque face de la lingette afin de recueillir le maximum de poussière.

La lingette est ensuite placée dans un flacon que le laboratoire met à disposition sur simple demande. Le flacon est refermé hermétiquement et soigneusement étiqueté en précisant le numéro de l’échantillon, l’adresse du logement, le type de support prélevé et la localisation du prélèvement. Les fournitures – lingettes et flacons – peuvent être commandées au laboratoire.

Pour un résultat en m², il est recommandé de fournir la surface de prélèvement au laboratoire, à défaut de cette valeur, le résultat est rendu en µg Pb/m2 en prenant une surface essuyée de 0,1 m².

Selon la norme NF X 46-032, le plomb des poussières est dosé après extraction acido-soluble. Celle-ci consiste à ajouter 25mL de solution d’acide chlorhydrique à 0,07 mol/L. Les résultats sont exprimés en microgrammes par mètre carré de surface (µg/m²). Le tout est mis au bain-marie à 37°C pendant une heure. Après repos, décantation, filtration, on met en fiole jaugée pour dosage par S.A.A. flamme.

Tant que la concentration surfacique des poussières au sol est supérieure à 1000 µ/M2 pour l’un des échantillons prélevés, il faut procéder à un nouveau nettoyage et à de nouveaux prélèvements.

LES DIFFERENTS TYPES D’ANALYSE DE LA CONCENTRATION EN PLOMB

Les laboratoires peuvent proposer différents types d’analyse :

  • plomb sur écailles de peinture (analyse du plomb acido-soluble),
  • plomb sur lingettes (concentration en plomb dans des poussières déposées au sol),
  • plomb dans l’eau,
  • contrôle de plomb dans l’atmosphère des lieux de travail.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire

*