Créateur de conférences éco-responsables

La maintenance électrique se généralise : savoir évaluer sa prestation

La maintenance électrique se généralise : savoir évaluer sa prestation

Partage


Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter pour suivre nos actualités (conférences, interviews événements…)

La maintenance électrique est une activité encore assez peu répandue chez les électriciens, en comparaison d’autres métiers comme frigoriste ou climaticien chauffagiste. Cela est en train d’évoluer, car la tendance est au développement d’installations électriques de moins en moins passives, intégrant des composants de sécurité, de fiabilité, d’économie d’énergie ou de performance qui doivent de plus en plus être surveillés et entretenus et cela, quelle que soit la taille des sites.

Parmi les facteurs prédominants qui poussent à la généralisation de la maintenance électrique : l’exploitant dont la demande s’accentue en terme de solution globale de maintenance de son bâtiment ou de ces outils de productions. ON retrouve cette prise en charge globale dans les contrats (économie d’échelle), par exemple pour l’entretien des TGBT, photocopieur, pelouse, éclairage… Techniquement à la portée des entreprises réalisant des installations, la maintenance est un métier complémentaire qui requiert une organisation, des compétences, des contrats adaptés et des outils tels que la GMAO et l’aide au diagnostic.

Aller vers la maintenance électrique : une opportunité réfléchie

Pour l’entreprise, l’évolution vers la maintenance s’inscrit dans une démarche de services et de sécurisation des revenus avec la possibilité de prestations récurrentes. De plus, la proximité avec le client facilite l’accès aux nouveaux travaux d’installation qu’il pourrait être amené à réaliser. S’orienter vers la maintenance électrique suppose de se projeter dans l’avenir, de maîtriser la portée de ses engagements en terme de moyens ou de résultats, de s’engager au terme d’une analyse approfondie et de disposer des informations suffisantes et des moyens humains et logistiques adaptés. Pour l’électricien, la démarche doit être bien préparée avec une stratégie basée sur des engagements tenables, des collaborateurs formés et des contrats bien étudiés. Intervenir au sein d’installations que le prestataire n’a pas lui-même conçues peut réserver des surprises et ce type de cas doit être étudié attentivement.

Trouver le bon niveau d’intervention

D’une manière simplifiée, on distingue deux formes de maintenance électrique. La maintenance préventive repose sur une organisation permettant d’agir avant que les équipements, composants et matériels ne tombent en panne. La maintenance corrective ou curative permet de faire face aux dysfonctionnements ou dégâts subits par les installations. Elle exige une disponibilité du personnel d’intervention, souvent sous forme d’astreintes la nuit, les week-ends, jours fériés.
La norme NF X 60-000 (principes généraux de mise en place de la maintenance dans l’entreprise) propose 5 niveaux de maintenance électrique : du service minimum jusqu’au forfait “tout compris” où le client délègue sur une longue durée. L’entreprise peut prendre la norme en référence pour bien placer le curseur de son engagement. Dans tous les cas, la qualification “Maintenance des Installations électriques” de Qualifelec est fortement recommandée.

Cet article a été rédigé en collaboration avec CSEEE

Prochaines conférences Grand Circuit