Analyse amiante : quel impact avec le nouvel arrêté du 1er oct. 2019 ?

Sophie Claus, responsable Grands Comptes chez Eurofins Analyses pour le Bâtiment, répond aux questions du Grand Circuit Contrôler le Bâtiment sur le nouvel arrêté du 1er octobre 2019 portant sur les règles d’analyse de l’amiante.

Retranscription

Peut-on réutiliser les diagnostics effectués avant les nouvelles règles d’analyse introduites par l’arrêté du 1er octobre 2019 ?

L’arrêté actuel ne dit pas que ce que l’on fait actuellement va être obsolète et qu’il va falloir tout refaire. Comme dans le repérage amiante avant travaux, les laboratoires ont 18 mois pour se mettre en route. À partir de ce moment où les laboratoires ont leur portée d’accréditation qui va bien, ils pourront continuer à faire les analyses, et les repérages avant travaux seront tout aussi valables avec ces analyses là.

Quel impact sur la durée de l’analyse et le coût ?

Aujourd’hui nous sommes tous en train de travailler pour minimiser les coûts de chacun. Le temps sera important aussi. On essaie aussi de minimiser les délais. Sur le matériau du bâti on va avoir un petit peu de modifications. Chez Eurofins ce n’est pas là que nous en aurons le plus parce qu’il y a déjà un certain nombre de choses qui sont déjà faites. Mais on en aura quand même, donc on est en train de calculer le temps qu’il nous faudra, comment on peut optimiser et comment appliquer les process industriels qui vont pouvoir nous faire gagner du temps.

Par contre, sur tout ce qui va être amiante environnementale, il y a vraiment une grosse prise en compte.

En tout cas, nous savons très bien – à la fois pour les maitres d’ouvrage et les diagnostiqueurs – que les temps sont durs. Tous les laboratoires ont un consensus pour essayer de faire le mieux possible, mais je ne vois pas le prix baisser tout de suite.

Avec ces évolutions réglementaires, que devient le critère central dans le choix d’un laboratoire ?

De façon neutre et objective, je dirais que le critère minimal c’est l’accréditation Cofrac. Il faudra vérifier la portée d’accréditation parce que dans les 18 mois qui vont arriver l’ensemble des laboratoires vont passer leurs audits Cofrac. L’arrêté du 1er octobre 2019 sera mentionné sur les rapports.

Parmi les autres critères on retrouve le prix, les délais, la compétence ou encore le côté sympathique du commercial.