La FFIE met le cap sur l’intégration

en partenariat avec :

Nouvelle étape pour la FFIE dans sa démarche d’accompagnement des professionnels de l’électricité sur les nouveaux marchés : en 2020, la fédération changera de nom et mettra le cap sur l’intégration. Entretien avec Emmanuel Gravier, président de la FFIE.

En 2020, la FFIE troque son “i” d’installateur pour celui d’intégrateur. Pourquoi ce changement ?

En effet, la fédération française des installateurs électriciens deviendra la fédération française des intégrateurs électriciens. Ce changement de nom, qui sera officiellement annoncé le 30 janvier 2020 à Paris à l’occasion de la 3ème édition des Rencontres de la FFIE, exprime la bascule de notre métier sur un nouveau business model. L’évolution technologique dans le bâtiment est très sensible avec la numérisation, le smart building et les nouveaux usages que ces innovations induisent. C’est une évolution que l’on avait connu dans l’industrie 4.0 avec l’arrivée des données (multiplication des capteurs, transmissions et traitement de l’information) et qui arrive à présent dans le tertiaire et le logement.

Avec des données télécoms, numériques et digitales alliées à l’électricité, l’intégrateur a une place centrale dans cette révolution en cours. La mutation de la profession est donc indispensable pour aller au-delà de l’énergétique et ne pas se faire prendre les marchés par d’autres acteurs. Du coup, la FFIE fait sa révolution, notamment dans le POE ou encore avec l’équilibrage de puissance par rapport à des consommations variables dans un bâtiment. Nous arrivons au stade ultime de la révolution énergétique et numérique. La route ne sera pas simple mais d’ici 3 ou 4 ans nous aurons fait un bond vers le futur.

Que doivent-faire les installateurs pour répondre présent sur ces marchés ?

L’installateur doit avant tout intégrer qu’il y a une vie après l’installation : il y a de la maintenance, de nouvelles façons de travailler ou d’habiter, de nouveaux usages etc. Il doit donc être force de proposition, s’intéresser aux formations nécessaires à son évolution, à la présentation commerciale de ses offres et aux nouvelles orientations que son métier va prendre.

Parlez-nous de votre projet de Lab.

Plus qu’un projet, c’est une action qui est déjà en cours. L’objectif est de créer, dans nos locaux mais aussi de manière virtuelle, un parcours de visite décrivant concrètement les différentes facettes des métiers de l’électricité et les dernières innovations dans les logements et dans le secteur tertiaire. Nous y travaillons avec 30 partenaires (industriels de la profession, IRVE, systèmes anti-intrusion…), pour pouvoir montrer concrètement les potentialités de notre profession. Il ne s’agit évidemment pas d’en faire un musée, mais bien une exposition concrète, évolutive, dont les installations seront régulièrement renouvelées par les partenaires. Elle sera mise en œuvre mi-avril 2020, avec l’ambition, à terme, de pouvoir présenter ce grand « show-room » évolutif à nos adhérents, à des écoles, à des décideurs, à la presse, pour leur faire prendre conscience des enjeux et des potentiels de notre profession.

C’est également une manière de comprendre ce que sera le marché de l’électricité dans les années qui viennent. Si, à court terme, la croissance du secteur va un peu ralentir, nous pouvons compter sur l’agilité des entreprises pour s’adapter.

Par contre, à plus long terme, la lutte contre le changement climatique et pour les économies d’énergies va avoir des implications importantes pour nos métiers, car la réduction de l’empreinte écologique de nos activités va forcément bénéficier à l’électricité.

En ce sens, notre secteur a un bel avenir.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur