Rénovation : pérenniser les gains énergétiques

en partenariat avec :

Pionnier dans le secteur de la sobriété énergétique, le groupe Nepsen intervient sur des missions de conseil et de maîtrise d’oeuvre pour aider ses clients à engendrer des negawatts, autrement dit de l’énergie non consommée. Entretien avec Alexandre Sevenet, président de Nepsen.

Quel est le potentiel d’économie d’énergie dans les copropriétés ?

Pour les copropriétés qui se sont peu préoccupées de leur facture énergétique jusqu’à présent, le potentiel peut atteindre jusqu’à 70 % d’économie d’énergie. La lutte contre les déperditions thermiques via l’isolation et l’étanchéité de l’enveloppe (façade, toiture et menuiseries) est le premier gisement d’économie. Une fois que l’on a obtenu une enveloppe ultra-performante, on s’attaque aux différents rendements liés aux équipements de production, de distribution et d’émission. Il s’agit alors de rénover ou remplacer des installations, d’agir sur la régulation et l’entretien, ou encore de sensibiliser les copropriétaires en les équipant notamment de compteurs et d’afficheurs de température afin qu’ils puissent constater ce qu’ils consomment.

Chez Nepsen, nous recherchons les économies d’énergie durables et garanties. Pour cela, nous nous basons sur un concept développé dans le monde de l’industrie en matière de sélection d’équipements techniques : le FMDS, pour fiabilité, maintenabilité, disponibilité et sécurité. Cette méthode assure que l’équipement ou le matériau utilisé conservera une performance de très bon niveau tout au long de sa vie, avec la plus grande longévité possible et une maintenabilité réelle.

Au delà de l’isolation, y a-t-il des gisements d’économie intéressants ?

Oui, notamment du côté des menuiseries. Ces dernières sont bien plus performantes qu’il y a une dizaine d’années. Toutefois, c’est une technologie développée dans les années 1980 par Jacques Paziaud qui génère le plus d’économie et de confort. Baptisé “fenêtre pariétodynamique”, il s’agit d’un triple vitrage respirant, permettant le renouvellement d’air par une lame d’air entre les vitres. Les calories du soleil chauffent ainsi deux fois l’air entrant et le système évite de percer une bouche d’entrée pour assurer la ventilation. Là où le meilleur triple vitrage actuel a une performance thermique Uw de 0,8 ou 0,9, la fenêtre pariétodynamique offre un Uw de 0,35.

Quelles sont les solutions pour pérenniser la performance énergétique suite à des travaux ?

Chez Nepsen, nous essayons de promouvoir la notion de garantie de résultat, notamment via le contrat de performance énergétique (CPE). Cet outil répond parfaitement aux attentes des copropriétaires sceptiques sur le niveau d’économie d’énergie présenté avant les travaux et à la recherche d’une sécurité contractuelle. Dans le cadre de ce contrat, l’enjeu est clairement établi dès le départ : l’opérateur prend en charge l’intégralité des surcoûts si le bâtiment consomme plus que prévu, tandis que les gains sont partagés avec le maître d’ouvrage dans le cas contraire.

Pour les copropriétés équipées d’un chauffage collectif, un contrat d’exploitation avec intéressement de l’exploitant est également une formule qui a fait ses preuves pour pérenniser les économies d’énergie. À condition cependant de ne pas souscrire au contrat P1 portant sur la fourniture de combustible. De fait, avec un contrat P1, la marge que l’exploitant dégage sur le P1 est toujours supérieure à l’intéressement qu’il peut obtenir sur le P2 et le P3 en faisant correctement son travail d’économie d’énergie.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur