Amiante et évolution réglementaire : la perception du risque à la loupe

en partenariat avec :

PROTYS réalise tous les ans un « Baromètre amiante » auprès des professionnels des Travaux Publics afin d’établir un état des lieux de la perception du risque amiante et de suivre son évolution années après années. Alexandre Neuraz, responsable marketing et commercial Secteur Public, présente les derniers enseignements de l’étude et ses projections pour 2020.

Pourquoi avoir réalisé ce baromètre ?

Depuis la loi El Khomri de 2016, on note un renforcement de la réglementation amiante. Avec l’obligation du repérage amiante avant travaux, il nous a semblé important de comprendre quels étaient les nouveaux enjeux pour l’ensemble des professionnels. C’est pourquoi nous avons réalisé un baromètre dont l’objectif est de comprendre la perception de ces professionnels autour du risque amiante et de suivre son évolution à travers les années : quelle compréhension ont-ils du risque amiante ? Quelle est leur appropriation des nouvelles obligations qui leur incombent ? Quels sont les processus métiers qu’ils mettent en place ?

Quels sont les enseignements de ce baromètre ?

Nous dégageons trois principaux enseignements de ce baromètre. Le premier élément est clairement positif puisque l’on constate que l’ensemble des professionnels soutiennent la réglementation. En effet, 88 % des répondants jugent que ces actions de renforcement réglementaire ont un effet positif pour l’ensemble de la profession.

En deuxième enseignement, on remarque une appropriation à deux vitesses de cette réglementation. En effet, si la moitié des professionnels la connaissent et près de 39 % sont conscients des risques pénaux de leur structure en cas de non-respect de la réglementation, il n’en demeure pas moins que l’autre moitié des sondés – au moment de l’étude – ne connaissent pas cette réglementation et ses conséquences juridiques.

Enfin, dernier élément : le principe de réalité. Le baromètre révèle que les trois quarts des professionnels interrogés jugent le risque amiante comme un risque fort. Pour autant, ils ne sont que 16 % opérationnellement à estimer respecter à 100 % leurs obligations lors de travaux autour du risque amiante, sur voirie. Il y a donc une opposition entre cette volonté de réglementation et une difficulté dans la mise en musique opérationnelle de cette réglementation.

Quelles conclusions pouvons-nous tirer ?

L’évolution sur un an est globalement positive. Si une première partie des professionnels ont été sensibilisés aux enjeux et semblent prêts à se mettre en ordre de marche, une deuxième partie semble être attentiste aujourd’hui. Nous pouvons supposer qu’ils sont dans l’attente des futures normes, notamment celle qui concerne la voirie, pour engager la mise en œuvre d’actions concrètes. Les récentes décisions de justice relatives au préjudice d’anxiété pourraient être de nature à accélérer la prise de conscience de leurs nouvelles responsabilités.

Avec la sortie de l’ensemble des textes réglementaires, les professionnels devraient encore mieux respecter ces enjeux en 2020. Communiquer et sensibiliser l’ensemble de la profession restent aujourd’hui une priorité. Mais la mise en place de processus simples, clairs et efficaces est également un enjeu auquel la majorité des acteurs va être confrontée dès demain. Dès lors, comme le montre le baromètre, le recours à des prestataires externes peut être une solution pour assurer la montée en compétence et atteindre ainsi ces objectifs dans les meilleurs délais.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur