Précarité énergétique: de plus en plus de foyers français touchés

precarite-energetique

Avec l’arrivée du froid, on a tendance à monter le chauffage dans les logements. Pourtant, de nombreux Français continuent d’avoir froid chez eux. Par manque de moyens, mais aussi à cause de ces « passoires thermiques » que le gouvernement veut taxer.

Cela n’aurait échappé à personne : en ce début novembre, le froid est à l’offensive sur l’Hexagone. Pour se chauffer, que ce soit au gaz, à l’électricité, au bois ou au fuel, les Français consacrent en moyenne 14% de leur budget.

Et pourtant, nombre d’entre nous ressentent une sensation de froid, une fois la porte d’entrée passée : c’est ce que révèle un sondage Ifop pour QuelleEnergie.fr (1) diffusé ce mardi. Ce manque de confort toucherait deux Français sur trois !

1/Un manque de moyens

Sans surprise, ce sont d’abord les foyers ayant des faibles revenus qui sont les plus touchés: 80% des personnes à revenus très modestes déclarent avoir froid chez elles. Les jeunes sont aussi plus touchés que leurs aînés : 79% des 18-25 ans contre 57% chez les plus de 65 ans, ce qui semble logique au vu des écarts de revenus entre ces deux générations.

D’ailleurs, d’après l’enquête, sur ces trois dernières années, un Français sur cinq a rencontré des difficultés pour régler sa facture de chauffage. Les locataires sont deux fois plus nombreux (29 %) que les propriétaires (16 %) à avoir rencontré ce type de difficulté.

2/Trop de passoires thermiques

Selon le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, qui témoignait sur BFMTV dimanche, la situation énergétique des logements en France est alarmante, parlant de « précarité énergétique ».

D’après Le Parisien, qui évoquait le projet du ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot de taxer ce qu’il appelle des « passoires thermiques », le nombre de ces appartements ou maisons classés F ou G selon le diagnostic de performance énergétique (DPE), s’élève à 7 à 8 millions. Ils sont occupés par les ménages les plus modestes.

Pour rappel, ce DPE, obligatoire lors de l’achat ou la vente d’un bien immobilier, permet de mesurer la qualité de l’isolation et du chauffage d’un logement.

3/Pas de solution à long terme

D’après les résultats du sondage, les Français ne privilégient pas de solution à long terme pour lutter contre le froid : 8 Français sur 10 (77 %) choisissent par exemple d’ajouter des couches de vêtements supplémentaires (chaussettes, pulls, plaid, etc.). Pour ne pas alourdir leur facture, trois Français sur quatre ne montent d’ailleurs pas le thermostat du radiateur. 59% renoncent carrément à chauffer certaines pièces.

En fait, la réalisation de travaux d’économies d’énergie, vraie solution à long terme, ne vient qu’en 4e position (48%) parmi les solutions citées par les Français pour réduire leur facture (et accessoirement avoir moins froid!).

Seulement 11% de Français envisagent des travaux d’isolation, parfois par manque de moyens mais aussi car plus d’une personne sur deux avoue ne pas être suffisamment informé des diverses aides, crédits d’impôts, subventions ou prêts à taux zéro mis en place par l’Etat. Ces travaux peuvent pourtant être rentabilisés très rapidement, voire ne coûter qu’un euro dans le cadre du pacte énergie solidarité.

(1) Etude réalisée pour QuelleEnergie.fr par l’Institut de sondage Ifop Cette étude a été menée auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été conduites par questionnaire auto-administré en ligne du 17 au 19 octobre 2017.

Source : Le Progrès

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

Laisser un commentaire

*