Interviews | Vidéos | Quiz

Des méthodes inédites pour mesurer la performance énergétique des bâtiments

La manière de mesurer l’efficacité énergétique des bâtiments évolue, les technologies aussi. Si certaines innovations visent une plus grande accessibilité de la mesure, d’autres préfigurent des méthodes inédites d’évaluation de la performance des équipements. Jean-Michel Catherin, dirigeant de Testoon, présente les nouveautés qui attendent les professionnels du diagnostic et du contrôle du bâtiment.

Mesurer l’étanchéité à l’air, sans porte soufflante

« La réalisation d’un test d’infiltrométrie est obligatoire en fin de chantier dans le cadre de la RT2012 et de la future RE2020, mais demeure facultative dans l’existant. Bien que ces tests permettent de déceler de manière fiable les défauts d’étanchéité pouvant être responsables d’une surconsommation importante de chauffage, la complexité de leur mise en œuvre n’encourage pas les propriétaires à en réaliser avant ou après des projets de rénovation.

Jean-Michel Catherin, dirigeant de Testoon

Un frein qui pourra être levé avec un nouveau testeur d’étanchéité à l’air qui ne nécessite pas l’installation d’une porte soufflante. De la dimension d’un ballon de foot et muni d’une poignée, l’AirTightnessTester est très facile à transporter mais aussi à utiliser. L’appareil mesure dans un premier temps la pression dans le bâtiment lorsque le système de ventilation est éteint, puis analyse la différence de pression après allumage du système. La densité de l’air est calculée à partir de cette différence et du débit d’air de ventilation, ce qui nécessite par ailleurs un anémomètre. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une mesure réglementaire, la donnée obtenue donne une très bonne approximation de l’étanchéité à l’air du bâtiment, proche des résultats obtenus par un test avec porte soufflante. »

Vers une mesure de l’isolation globale de l’enveloppe

« Une deuxième évolution intéressante pourrait venir de la méthode de mesure de l’isolation thermique. Porté notamment par l’Agence Qualité Construction (AQC) et le CSTB, le projet SEREINE* étudie une méthode visant à mesurer in situ l’isolation thermique globale réelle d’un logement rénové. Le principe consiste à élever rapidement la température du bâtiment (ouvrants obturés et ventilation coupée), puis à mesurer à quelle vitesse celui-ci se refroidit. Cette méthode implique une mesure intérieure de la température, mais également extérieure, ce qui est l’une des difficultés rencontrées actuellement : les variations des températures météorologiques complexifient les calculs, et la mise en place d’équipements de mesure sur plusieurs jours implique une surveillance de ces derniers.

Encore au stade de la recherche, la méthode SEREINE pourrait devenir une mesure réglementaire dans le futur. Une vingtaine de mesureurs de l’étanchéité à l’air la testent actuellement. L’expérimentation vise également les bâtiments neufs, à travers le projet DIANE. »

Une sélection de best sellers

« Les moyens plus traditionnels de mesurer l’efficacité énergétique des bâtiments connaissent également quelques évolutions. Les caméras thermiques utilisées pour identifier les anomalies des systèmes électriques, du chauffage ou de la construction sont par exemple plus précises et moins onéreuses, à l’image de la ThermoMalin TM1, l’une des caméras thermiques à image radiométrique les moins chères du marché (lire notre article).

caméra thermique ThermoMalin
Vitromètre GlassBuddy

Pour mesurer l’épaisseur de verre des ouvrants et vitrages – dans le cadre notamment de la réalisation des DPE, les diagnostiqueurs se tournent désormais massivement vers les modèles laser comme le Merlin Lazer Gauge. Plus sophistiqué, le GlassBuddy offre des informations plus précises et détaillées : épaisseur des verres, épaisseur des lames d’air, position, nombre et type de feuilletage, reconnaissance d’intercalaires, indication sur le positionnement et l’épaisseur des intercalaires.

Pour garder un œil sur la consommation des équipements d’un logement, on peut également citer un petit appareil de plus en plus plébiscité : le wattmètre, ou mesureur de consommation d’énergie pour prise secteur. Le NZR SEM16+ fournit de nombreuses informations comme la consommation d’énergie, les coûts, la puissance (min/max, réactive, apparente), le facteur de puissance, le courant, la tension, la fréquence, le déphasage, ainsi que la consommation équivalente en CO2. »

* Solution d’Évaluation de la PeRformance Energétique INtrinsèquE des bâtiments

Tous les Articles du Mag