Tous les logements collectifs construits après 1982 ont pour obligation d’assurer une bonne ventilation au sein de chaque logement et des parties communes. Des débits réglementaires sont ainsi exigés. La façon la plus sûre de les obtenir est d’installer une VMC, car il est difficile de contrôler les débits d’air renouvelés par ventilation naturelle. La ventilation dans les copropriétés doit notamment satisfaire aux exigences suivantes : l’aération doit être générale et permanente, la circulation d’air doit se faire depuis des entrées d’air situées dans les pièces principales jusqu’à des sorties, dans les pièces de service.

VMC dans un bâtiment collectif : conditions d’installation et règlementation

La maitrise du renouvellement de l’air d’un bâtiment est un point essentiel à prendre en compte lors de sa rénovation énergétique. Il s’agit d’une question de confort mais aussi et surtout d’une question sanitaire : un bâtiment mal aéré sera la proie du développement de divers champignons et bactéries, nocifs aussi bien pour les occupants que pour le bâti.

Dans les logements collectifs anciens, le renouvellement de l’air est souvent insuffisant, très irrégulier et engendre des déperditions.

Suite à des travaux de rénovation thermique d’un immeuble, les entrées d’air parasites ayant été comblées, le bâtiment devient alors étanche et nécessite donc des systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC) afin de contrôler les débits d’air nécessaires aux conditions sanitaires des résidents.

La VMC permet de renouveler l’air des locaux tout en maîtrisant le débit d’air nécessaire. L’air est introduit par les façades dans les pièces principales du logement, circule sous les portes intérieures par les couloirs, puis est extrait par des bouches d’extraction dans les pièces techniques. Le professionnel s’assurera du bon confort acoustique de la VMC, à savoir de la distance obligatoire de 8 mètres séparant le caisson VMC du premier ouvrant, de la bonne dépression derrière les bouches d’extraction à proximité du moteur et enfin du support sur lequel repose ce dernier.

La Réglementation

Arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 : modalités d’application de l’article R.111.9 du CCH spécifiant les débits entrants et sortants à mettre en œuvre afin de renouveler suffisamment l’air des locaux. Ce renouvellement d’air peut être réalisé de manière naturelle ou mécanique.

Arrêté du 24 mai 2006 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles des bâtiments. Consommation maximale VMC : 0,25 wh/m³ par ventilateur.

Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants : Art. 36 – Les auxiliaires de ventilation installés ou remplacés dans les locaux d’habitation devront présenter une consommation maximale de 0,25 Wh/m3 par ventilateur, qui peut être portée à 0,4 Wh/m3 en présence de filtres F5 à F9 (Filtre à air haute efficacité).

Arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation (JO du 30 juillet 1999).

Arrêté du 30 mai 1989 relatif à la sécurité collective des installations nouvelles de ventilation mécanique contrôlée auxquelles sont raccordés des appareils utilisant le gaz combustible ou les hydrocarbures liquéfiés.

Arrêté du 31 janvier 1986 relatif à la protection contre l’incendie des bâtiments d’habitation.

Arrêté du 25 avril 1985 relatif à la vérification et à l’entretien des installations collectives de VMC gaz.

ATTENTION ! La présence d’un appareil à gaz (chaudière, chauffe-eau, ou autre) implique de respecter toutes les règles de sécurité quant à l’alimentation en air comburant de ces appareils et à l’évacuation des produits de combustion.

Conditions préalables à l’installation

Afin de limiter les pertes d‘énergie, des conditions préalables à l’installation (établies par le CETIAT – Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques) sont requises :

  • Observation des conduits existants: il faut déterminer si les conduits existants peuvent accueillir les gaines de ventilation (état, nombre, étanchéité, emplacements, etc.).
  • Prise en compte du bâti: il est préférable que le passage à un système de VMC se fasse en même temps que le traitement d’isolation des parois (vitrées et opaques) afin d’améliorer l’étanchéité à l’air du bâtiment. Il convient tout particulièrement de vérifier l’étanchéité des portes palières et des coffres de volets roulants, ainsi que l’absence de vides ordures individuels.
  • Observation de l’environnement: l’exposition de l’immeuble au vent et au bruit doit être étudiée pour choisir le système le plus adapté.

Pour ces observations, il est conseillé de se tourner vers un professionnel de la ventilation.

Pour en savoir plus, consultez l’article > VMC dans un bâtiment collectif : les solutions techniques.

Tous les articles sur le sujet

Ventilation en copropriété : solutions et impact de l’ECS sur les choix

Indispensable à la conservation de la qualité de l’air intérieur, une bonne ventilation peut également être source d’économie d’énergie. Présentation des différentes solutions de ventilation, notamment le couple ventilation et ECS, et retour sur l’audit et le diagnostic des installations existantes.

Ventilation en copropriété : réglementation, audit, solutions et entretien – Avec Acthys

Acthys aborde les conséquences d’une ventilation négligée et a contrario les bienfaits d’une installation performante en termes de confort et de santé pour les occupants. Le point sur la réglementation et sur les solutions techniques hygroréglables (naturelle, hybride, mécanique basse pression). Quelles aides mobilisables ?

Évaluer les performances des systèmes de ventilation : pratiques et équipements

Bilan des enseignements du Protocole Promevent (résidentiel et tertiaire), compilés dans le guide de restitution des bonnes pratiques en matière de contrôle des systèmes de ventilation, selon les typologies de bâtiments et équipements. Présentation des instruments de mesure : anémomètres à hélice, à fil chaud, contrôle en continu…

Ventilation : la basse pression donne un second souffle aux copropriétés

Pas de rénovation sans ventilation ! C’est l’injonction faite par l’entreprise Acthys à toutes les copropriétés afin d’améliorer le confort des occupants et de pérenniser la rénovation des bâtiments. Explications avec Olivier Schaffert, directeur général de la société.

Ventilation en copropriété : diagnostics, qualité de l’air et connectivité

Vincent Bernard et Laurine Chapot, d’Acthys Ventilation, répondent aux questions sur la ventilation des copropriétés à l’occasion du Grand Circuit Rénovation des Copropriétés.

« La ventilation est incontournable dans une rénovation globale » – Gilles Delion (Coulon)

L’entreprise Coulon s’est développée autour de quatre métiers : la façade, la couverture-étanchéité et deux filiales pour les menuiseries extérieures. Rencontre avec Gilles Delion, son directeur commercial […]

Acthys : la ventilation au service du bâti dans le respect de l’environnement

Rencontre avec Florent Badiou, directeur général de Acthys.
Acthys est une société spécialisée dans la ventilation des bâtiments. Initialement GIE de deux groupes industriels français, ALDES et AERECO, elle est devenue une société à part entière spécialisée dans la rénovation des installations de ventilation.

La ventilation en copropriété

Une grande majorité des copropriétés n’ont pas de système de ventilation permettant d’avoir un renouvellement d’air correct.

VMC dans un bâtiment collectif : les solutions techniques

En rénovation thermique d’habitat (isolation des parois opaques et vitrées), il est essentiel de maîtriser le renouvellement d’air du bâtiment, principalement pour des questions sanitaires. Les systèmes de ventilation sont nombreux et tous ne sont pas adaptés à la rénovation et au collectif. Quelle VMC préconiser ? Il existe plusieurs systèmes de ventilation possibles, cependant en […]

VMC dans un bâtiment collectif : conditions d’installation et règlementation

La maitrise du renouvellement de l’air d’un bâtiment est un point essentiel à prendre en compte lors de sa rénovation énergétique. Il s’agit d’une question de confort mais aussi et surtout d’une question sanitaire : un bâtiment mal aéré sera la proie du développement de divers champignons et bactéries, nocifs aussi bien pour les occupants que […]